Participez à Visuelles.art

Ami·es, famille, patrie, voisins, collègues, fans, groupies, détracteurs, commissaires d’expos, donatrices et admirateurs,… J’AI BESOIN DE VOUS !

Pour finir les tournages de visuelles.art dont je ne cesse de vous parler et faire un site internet gratuit et intelligent sur ce que le genre fait à l’art, nous avons besoin d’argent. Oui, nous, parce que nous sommes plusieurs maintenant à travailler. Mais tout est expliqué ici. Les tournages sont en cours de montage, d’autres en cours de préparation. Chaque euro compte !

Alors merci, merci merci par avance de votre aide avant l’été.

Marie

Capture d_écran 2018-06-20 à 15.55.07

 

Publicités
Publié dans Edition | Laisser un commentaire

Visuelles.art

VISUELLES-Logo

Paris, le 9 mai 2018

Chèr·es ami·es, collègues, fans, groupies, détracteurs, commissaires d’expos, donatrices et admirateurs, bonjour !

En février, je vous avais parlé d’un projet sur lequel je travaille : Visuelles.art et vous disais que j’allais le présenter le 8 mars 2018 lors d’une table ronde sur la visibilité des artistes femmes à la Maison des Métallos à Paris. Eh bien l’évènement était passionnant et quelques jours plus tard, Florent Barrallon, étudiant en master « inégalités et discriminations » me contactait et venait étoffer l’équipe. De quoi avancer avec encore plus d’efficacité.
La suite est sur ce lien.

Publié dans Edition | Laisser un commentaire

Exposition Anima

29542771_1879245025451719_541731599395688301_n

Maître Angélique Chartrain m’a invitée à exposer du 30 mars au dimanche 1er avril 2018 dans une galerie du Marais à Paris. Je partage la partie photographie de l’exposition avec Gaelle Abravanel dont j’apprécie particulièrement le travail. Une nocturne est prévue le vendredi 30 mars. Nous vous attendons, pour le reste, du 30 mars au dimanche 1er avril de 14H00 à 20H00, 30 rue des Haudriettes, 75003 PARIS.

Publié dans exhibition, Exposition | Laisser un commentaire

Un point sur les travaux

Puisque j’avais beaucoup de choses à écrire j’ai choisi de le faire ici.

Capture d_écran 2018-02-21 à 10.11.29
http://mailchi.mp/8f6b5edf2feb/marie-docher-fev2018

Publié dans Edition | 1 commentaire

opportunisme et misogynie dans l’art

Bonjour,

j’ai écrit cet article sur le blog Atlantes et Cariatides. Je l’ai signé de mon nom car il est aussi question de la façon dont les droits des autrices sont ou ne sont pas du tout gérés par des médias.
A la fin, je présente mon projet Visuelles.art.
Bonne lecture.

Marie

bandeau

https://atlantesetcariatides.wordpress.com/2017/10/08/instant-pleasure-un-long-deplaisir/

 

Publié dans Edition | Laisser un commentaire

Manifeste « MYX »

Il y a deux ans, j’ai eu l’opportunité de rassembler des professionnels de la photographie que j’appréciais et le Centre Hubertine Auclert pour travailler sur les améliorations que nous pouvions apporter aux représentations des femmes et des hommes. Le projet MYX est un manifeste que nous vous invitons à lire, diffuser et signer.

Myx – Pour des images diversifiées, non stéréotypées et non excluantes

Chaque image exprime la diversité des vies humaines.
Chaque image est unique : elle est le fruit d’un point de vue.
Chaque image est multiple et porte en elle de nombreuses interprétations.
Chaque image est comme un être humain : singulière et plurielle.

Nous, professionnel-le-s de l’image, affirmons que les représentations des femmes
et des hommes ne doivent pas être des carcans limitant le champ des possibles des individus.

En tant que professionnel-le-s de l’image, nous affirmons que les hommes et les femmes
doivent pouvoir se projeter dans des représentations diversifiées qui leur permettent de se construire et d’évoluer.

Nous nous engageons à :

1. Agir contre les stéréotypes sexués dans les images que nous produisons et diffusons.
2. rendre facilement accessible des images non stéréotypées, et/ou promouvant des rôles non-traditionnellement sexués.
3. promouvoir ces images et leur diffusion par l’utilisation du mot-clé MYX.
4. créer de nouvelles images qui respectent ces engagements.
5. sensibiliser et former à la lecture d’image, au repérage et à la déconstruction des stéréotypes sexués dans les représentations visuelles.

Pour plus d’informations, lisez la charte MYX 

 

 

Publié dans Edition | Laisser un commentaire

Les tombes de Skarvsteinen

J’ai rencontré Avraham Benaroch à Arles en février 2017 où nous exposions ensemble. Il a écrit un texte sur des images que j’avais réalisées en Norvège et qui font partie de l’ïle sans rivages. Le voici en attendant une nouvelle mouture de mon site à la rentrée. Très bel été.

————————————————————————————–

firetombs-004.jpgIl arrive que quelque chose du temps impressionne. Que ça impressionne signifie une importance sans repère, une existence muette, une existence qui incombe au témoin. Par exemple, Marie est en Norvège, près de la côte. Il y a quelques monticules de terre anodins mais il s’avère que ce sont de très anciennes tombes, certaines de l’âge du bronze et de l’âge du fer. Il y a de ces tombes dans toute l’Europe semble t il, mais l’anonymat des lieux, le fait qu’il n’y ait pas à proprement parler de marquage symbolique, touche à une difficulté humaine. En Norvège, à Skarvsteinen, les villageois entretiennent le lieu, ils stockent du bois présent autour, et le brûle le 21 juin. Il y a donc une cérémonie. Mais cela reste au bord du non-symbolique, de sorte que le temps est comme hanté par l’intensité d’une contre présence, une sous présence, la présence de l’immensité du temps elle-même.

firetombs-009.jpg

Pour Marie, il est devenu nécessaire d’inscrire dans l’art cette chose. A la fois une manière de témoigner, mais aussi une manière d’être à la mesure d’une étrangeté, d’y rester coextensive, de ne pas la profaner.

La série de photographies qu’elle a réalisée a ainsi des caractéristiques très précises. Les images sont données comme des abstractions.

 

firetombs-007.jpgElles ressemblent à des formes colorées qui pourraient faire penser au lointain espace. En réalité concrètement, elles ont été faites en déposant des bois sur du papier photographique et en les brûlant, à l’instar des villageois, selon un rite en quelque sorte similaire.

La douceur et la finesse des rapports de couleur, alliés à la force de la brûlure, construisent un espace hors de tout repère temporelcommun. À l’image de la violence de ce temps passé des tombes humaines presque sans sépulture. La poéticité des formes rend hommage à l’émotion devant ces anciens humains, comme privés de parole, enfouis sous ces tumulus presqu’invisibles.

firetombs-008.jpg

Publié dans Edition | Laisser un commentaire